Biographie

FRANCAIS 

S’il est né à Turin de parents italiens c’est à Kinshasa, au Zaïre, dans un milieu francophone, que Roberto Negro a grandi et fait ses premières expériences musicales. 

Diplomé en Jazz au CRR de Chambéry, il débarque à Paris en 2008  et prend quelques cours avec Marc Ducret, Denis Badault, Benoit Delbecq puis s’inscrit une année au Centre de musique Didier Lockwood où il obtient un Prix de Composition. 

 Multipliant les collaborations interdisciplinaires, Roberto flirte avec le théâtre, la poésie ou encore la chanson théâtrale,  avec le trio BUFFLE! — dans lequel il co-écrit et joue avec Xavier Machault et Pierre Dodet. Il participe surtout en 2011 à la création du collectif de musiciens « TRICOLLECTIF » qui dés lors constituera le cadre de la majeure partie de ses créations. Il fonde le quartet La Scala avec Théo Ceccaldi au violon, Valentin Ceccaldi au violoncelle et Adrien Chennebault à la batterie, tous membres du collectif, puis en 2012 il compose Loving Suite pour Birdy So, sorte d'opéra miniature pour quintet à cordes et chant, avec Elise Caron, développant aux confins de la chanson, de la musique improvisée et de la tradition classique resongée, une délicieuse variation cinématique autour du sentiment amoureux.

Plus que jamais avide de rencontres, de renouvellement et d’expérimentations idiomatiques transgenres, Roberto Negro mène de front aujourd’hui une multitude de projets. Son tout nouveau trio Dadada, avec Emile Parisien et Michele Rabbia, enregistre en 2017 pour Label Bleu. Citons aussi  Garibaldi Plop, avec Sylvain Darrifourcq et Valentin Ceccaldi, le quartet Kimono avec Christophe Monniot ; son duo avec Emile Parisien Les Métanuits — adaptation malicieuse pour saxophone et piano du premier quatuor à cordes de György Ligeti; son duo avec Théo Ceccaldi intitulé Danse de Salon.

Il collabore depuis deux ans avec la compagnie théâtrale Les Veilleurs portée par la metteuse en scène Emilie Le Roux.

Son jeu polyvalent le porte à s'exprimer aux côtés de divers musiciens tels que Michel Portal, Louis Sclavis, Daniel Humair, Laurent Dehors, Franck Vaillant, Andy Emler, Joce Mienniel, David Enhco, Luis Vicente ou encore Nicolas Crosse et Eric-Maria Couturier de l’Ensemble Inter-Contemporain. 

En 2016, il est l'un des artistes « révélations » de Jazz magazine. 

 

ENGLISH

Although born in Torino to Italian parents, Roberto Negro grew up in French-speaking Kinshasa, in Zaire, which gave him his first musical experiences.

Through a multitude of inter-disciplinary collaborations, Roberto has flirted with theatre, poetry and theatrical song . In 2011, he also participated in creating the musicians’ association project “TRICOLLECTIF”, which became the main focus for his creations. He founded the La Scala quartet with Théo Ceccaldi on violin, Valentin Ceccaldi on cello and Adrien Chennebault on drums, all members of Tricollectif, then in 2012, Loving Suite pour Birdy So, a sort of mini-opera for a string quintet and singer, with the singer Elise Caron, developing a deliciously moving variation on the subject of love, hovering between song, improvisation and a new version of classical traditions.

Always on the look out for new opportunities, refreshing experiences and idiomatic experiments that know no boundaries, Roberto Negro is currently working on a number of projects. On top of them, his brand new trio Dadada with Emile Parisien and Michele Rabbia will be recorded for Label Bleu. But also Garibaldi Plop, with Sylvain Darrifourcq and Valentin Ceccaldi the Kimono quartet with Christophe Monniot; his duo with Emile Parisien, Les Métanuits — a playful adaptation for saxophone and piano of first György Ligeti’s string quartet; the duo with Théo Ceccaldi, Danse de Salon.

Since 2013 he collaborates as a composer, pianist and musical director with the theatrical company Les Veilleurs, leaded by Emilie Leroux.

His versatile style allows him to play alongside vastly different musicians, including Michel Portal, Louis Sclavis, Daniel Humair, Laurent Dehors, Franck Vaillant, Andy Emler, Joce Mienniel, David Enhco, Luis Vicente, Nicolas Crosse and Eric-Maria Couturier from the Ensemble Inter-Contemporain.

In 2016, Roberto is one of the « young revelations » for the french review Jazz Magazine.